Reconnaissez des symboles manuscrits avec GNU/Linux Magazine !

GNU/Linux Magazine n°198GNU/Linux Magazine vous invite à utiliser les réseaux de neurones pour analyser des images et reconnaître des symboles manuscrits. On vous proposera pour cela d’installer Tensorflow et de baser votre apprentissage sur un jeu de données. Ce nouveau numéro vous indiquera également comment surveiller vos fichiers et répertoires avec inotify, coder votre programme d’analyse réseau avec la libpcap ou encore programmer des menus pour vos interfaces graphiques Gtk+. Pour le découvrir, direction le kiosque et la boutique !

Au sommaire

Actualités

p. 06 Le stockage de séries chronologiques avec InfluxDB

p. 12 PostgreSQL 9.6 et le parallélisme

Humeur

p. 18 Et BEM ! Des css enfin lisibles !

Repères

p. 22 Apprentissage supervisé à l’aide de réseaux de neurones

p. 34 Réparer un code QR

Les « how-to » du sysadmin

p. 38 Trier automatiquement les fichiers d’un répertoire au fil de leur apparition

Sysadmin

p. 44 Les réseaux logiques (VLANs)

p. 54 Apprenez à programmer la libpcap

Développement

p. 62 Format MIDI et musique algorithmique

p. 68 Des menus dans une application GTK+

Développement web & mobile

p. 76 Ajax avec jQuery

 

2 commentaires sur “Reconnaissez des symboles manuscrits avec GNU/Linux Magazine !

  1. Bonjour,

    Un article sur les VLAN(s) qui me permet enfin de mieux cerner le sujet…
    Mais il me semble que dans l’article il y a un problème dans les numéros de VID, ou alors il me manque un éléments de compréhension : le VLAN 4 décrit dans l’article permet il de faire communiquer les VLAN 2 et 3 ? si oui, par quelle magie, car cela ne parait pas juste ou alors mal expliqué.

    • Bonjour,

      C’est Nicolas un des auteurs.

      A mon avis tu parles de la section 2.3.

      L’idée est d’interconnecter en IP deux VLANs : le 3 et le 4. Si tu reprends la topologie réseau présentée dans le petit tableau, il n’y a pas de VLAN 2. L’idée est de définir une machine (ici la A) qui va faire passerelle entre les machines des deux VLANs. Sur le même switch, tu as deux VLANs et les machines domiciliées dans ces VLANs doivent pouvoir communiquer entre elles en IP.

      La machine A est donc connectée à un port du switch en mode trunk. Deux interfaces de VLANs sont crées sur l’interface réseau de A connectée physiquement au switch : une pour le 3 et une autre pour le 4. Or, ces interfaces possèdent chacune une IP, respectivement 192.168.3.254 et 192.168.4.254.

      Avec cette configuration A sait comment communiquer sur le VLAN 3 et 4. Les règles de routages implicites à la création d’interfaces stipulent que pour toucher le VLAN 3, il faut passer par eth0.3 et que pour toucher le VLAN 4, il faut passer par eth0.4. La dernière étape et de permettre aux paquets IP de passer d’un réseau IP (superposant un VLAN) à l’autre. Ça se fait en activant l’IP forwarding.

      A la fin les machines du VLAN 3 peuvent communiquer avec les machines du VLAN 4 (en IP, les segments LAN restent isolés) en utilisant leurs interfaces de VLAN configurées sur la machine A comme passerelles.

Les commentaires sont fermés.