L’édito du hors-série spécial « Extensions & plugins » !

Nous vivons dans une société où les évolutions techniques sont quasi quotidiennes. D’un point de vue marketing, on nous abreuve de messages publicitaires pour consommer « mieux », c’est-à-dire consommer plus et à outrance, même si le besoin n’est pas réel. Pour étayer mon propos, je vais prendre deux exemples.

Il y a quelques semaines, me déplaçant en voiture, j’ai garé cette dernière dans un parking souterrain. La procédure est classique : on arrive à la barrière et on prend un ticket servant d’horodatage et permettant d’ouvrir la porte piétonnière extérieure lorsque l’on veut récupérer son véhicule. Il s’agit d’une simple carte avec un ruban magnétique comme on en utilisait déjà il y a des dizaines d’années. Mais à cette époque, pour une opération aussi simple de lecture d’un code sur la carte pour déverrouiller une porte, on n’utilisait pas un ordinateur, c’était bien trop cher (et surtout ça ne sert à rien). Maintenant si ! Du coup, si l’application buggue, une fenêtre affichant un message d’erreur apparaît sur l’écran et le déverrouillage de la porte est impossible (non, Windows n’y est pour rien, c’est bien l’application qui a planté). Eh oui, pour ouvrir une porte avec une carte à bande magnétique il faut au moins un ordinateur et un écran ! Il est tellement plus simple de vendre un matériel surdimensionné, capable de faire un peu tout plutôt que de s’adapter à des contraintes. Bientôt lorsque vous voudrez acheter un interrupteur on vous vendra un micro-ordinateur…

L’arrivée du réseau 5G s’inscrit dans la même dynamique : a-t-on réellement besoin de ces antennes là où la 4G fonctionne correctement ? Nous non, mais pour que Kimberlay et Brandon puissent regarder avec leurs camarades du collège les vidéos sur YouTube de Yoyo-les-pieds-bleus en 8K et sans aucun lag sur leur dernier smartphone pliable-jetable, cela ne fait aucun doute. Pour qu’ils puissent jouer à tout moment à des jeux de plus en plus gourmands en ressources réseau, il faut la 5G ! Les composants des anciennes antennes 4G feront comme les smartphones antiques de 2018, ceux qui ne peuvent pas exploiter la 5G, et iront rejoindre un continent de plastique dérivant dans l’océan atlantique ou pacifique (il n’y a malheureusement pas un seul continent de plastique). Ils seront rapidement rejoints par les composants des antennes 5G dès l’avènement de la 6G. Commercialement parlant c’est bien joué : on change à la fois les antennes et les smartphones puisque pour les « plus anciens » – comprendre quelques mois – ceux-ci ne sont pas compatibles 5G.

Ce ne sont plus les besoins qui font naître les technologies, mais les services marketing qui créent des besoins qui engendrent une surconsommation. On ne se pose plus la question de l’optimisation :

■ Un programme est trop lent ? On change de machine !

■ Une application stocke trop de données (inutiles) ? On ajoute des disques durs, c’est ça le big data !

■ Un programme n’a pas assez de bande passante ? C’est nécessairement du côté matériel qu’il faut résoudre le problème ! Les images doivent forcément avoir une résolution de 7680 x 4320 (8K) pour un jeu de démineur !

Quand il y a un problème, il y a deux façons de le traiter : soit on utilise ses neurones, soit on choisit la solution la plus simple, mais aussi la plus polluante, et on sort les billets. À GNU/Linux Magazine, nous avons choisi les neurones… et vous allez pouvoir faire fonctionner les vôtres en lisant la suite. Bonne lecture !

Tristan Colombo


Retrouvez GNU/Linux Magazine Hors-série n°103 :

Laisser un commentaire