L’édito de GNU/Linux Magazine n°229 !

Lorsqu’un élément matériel se met brusquement à dysfonctionner, c’est agaçant (qui plus est en rentrant de congés). Lorsque ce matériel est utilisé de manière continue pour travailler, c’est énervant. Et si en plus, ledit matériel ne peut pas être réparé, ça devient rageant !

Après 5 ou 6 ans de bons et loyaux services, mon clavier m’a « lâché ». Attention, il est toujours utilisable… mais la touche <Backspace> ne tient en place plus que d’un côté et à chaque appui elle se relève, ce qui est particulièrement horripilant.

Quel est le problème ? Deux minuscules ergots au dos de la touche ont cassé. Quelle est la solution ? Changer la touche ? Cela me paraissait évident !

Mon clavier n’est pas un clavier chinois, c’est le fer de lance d’une grande marque suisse de périphériques informatiques. Plus de 80€ pour un clavier de bureau c’est un peu cher, mais il faut reconnaître que c’est un très bon produit. J’ai donc contacté le SAV pour pouvoir réparer mon clavier :

« J’ai acheté mon clavier il y a 5 ou 6 ans et l’une des touches (backspace) vient de se casser. L’ensemble du clavier fonctionnant correctement, j’aurais souhaité acheter une touche de remplacement, mais je ne trouve pas sur quelle page effectuer mon achat. »

À quoi il m’a été répondu qu’il n’y avait plus de pièces en stock, car mon modèle de clavier était obsolète. Je pouvais donc aller voir sur Amazon ou Ebay pour acheter une touche de rechange, mais que l’entreprise ne pouvait garantir la provenance des pièces…

Ce fameux clavier est toujours en vente sur le site du constructeur (normal, c’est leur meilleur clavier). Donc c’est un peu comme si l’acheteur d’une Bugatti Chiron crevait et qu’on lui répondait que son modèle est obsolète et qu’il n’y a plus de pneus disponibles…

Le constructeur ne veut pas que l’on répare ses claviers donc essayons leur suggestion et passons par le Web. On y trouve soit des touches génériques chinoises (avec l’incertitude d’acheter un bout de plastique inutile), soit un vendeur sur Ebay qui propose des touches d’occasion à… 10€ la touche ! Le calcul est vite fait, mon clavier de 105 touches coûte plus de 1050€ ! Et si une de mes touches s’est cassée, les autres risquent de suivre et rien ne me dit qu’il n’en sera pas de même sur les touches d’occasion…

J’ai donc acheté un nouveau clavier et je possède dorénavant un véritable trésor : un jeu de 104 touches de rechange issues de mon précédent clavier. Vive la société de consommation !

Que vous achetiez votre Linux Magazine en version papier ou numérique, même en cas de défaillance de votre clavier vous pourrez continuer à le lire ! C’est quand même une bonne nouvelle… tant que nous avons des claviers pour l’écrire 🙂

Tristan Colombo


Retrouvez GNU/Linux Magazine n°229 :

 

Laisser un commentaire