Découvrez la préface de notre hors-série spécial VPN !

Au cours des trois dernières décennies, la progression de l’informatique et surtout la nécessité grandissante de devoir garantir une interconnexion des machines ont donné lieu à de nombreuses évolutions logicielles comme matérielles. Les premiers réseaux locaux étaient relativement lents ; avec 1 Mbps pour du 3+Open, 4Mbps pour du Token-Ring voire 10Mbps pour de l’Ethernet, nous sommes bien loin des 10Gbps qui commencent à être disponibles aux particuliers. De plus ces réseaux transportaient simultanément plusieurs protocoles, NetBIOS, IPX/SPX ou TCP/IP pour ne nommer que les plus répandus. À cette époque, le rôle des administrateurs systèmes était surtout de faire en sorte que tout cela fonctionne bien en local et le moins mal possible quand il fallait interconnecter des bâtiments ; la sécurité des données ne venait qu’en dernière position, et encore… Depuis, tout ceci a progressé et les priorités ont bien changé. Les professionnels ont depuis longtemps mis en place des tunnels chiffrés pour interconnecter les plateformes et pour relier les postes itinérants aux services centraux.

Ce qui, dans un monde parfait, aurait dû rester dans le domaine professionnel s’est vu inviter chez de plus en plus de particuliers suite aux révélations d’Edward Snowden ou à la mise en place d’Hadopi 😉 Maintenant, tout un chacun qui ne souhaite pas prendre le risque de voir sa vie privée dévoilée au grand jour ou servir de monnaie d’échange pour les géants d’Internet se voit contraint de chiffrer ses données tant sur ses disques durs que sur ses câbles réseau et je ne parle même pas des transmissions sans fil. Cependant, si le chiffrement des disques se fait assez facilement, monter un tunnel chiffré fiable entre son domicile et ses serveurs en l’air ou ses appareils mobiles reste difficile à appréhender pour le commun des mortels, même versé dans les arcanes de l’informatique.

Le but de ce guide est de vous proposer deux moyens fiables et éprouvés de parvenir à vos fins : IPSec et OpenVPN. Le premier pourrait être décrit comme la solution officielle, reposant sur des protocoles bien documentés dans des RFCs, mais tellement omnipotent qu’il en devient presque anxiogène, du moins à première vue. Le second ressemble plus à la solution du geek, c’est-à-dire facile à mettre en place dans une version basique, mais fonctionnelle et possédant d’énormes capacités d’amélioration, ayant cependant le défaut d’utiliser un protocole assez peu documenté dès que l’on désire creuser profond. C’est pour ces raisons qu’OpenVPN sera notre principal « client » que nous décortiquerons autant que faire se peut. IPSec sera aussi présenté et documenté bien entendu ne serait-ce que pour montrer que sa mise en œuvre n’est pas si compliquée que cela. De plus, c’est le seul à permettre une intégration simple avec le monde des routeurs propriétaires.

Donc retroussez vos manches, faites chauffer les VMs, il va y avoir du monde dans les tuyaux…

Cédric PELLERIN

Retrouvez ce numéro spécial en kiosque, sur notre boutique ainsi que sur notre plateforme de lecture en ligne Connect