L’édito de GNU/Linux Magazine n°201 !

Les virus, ces programmes étranges venus d’une autre machine. Leur destination : votre ordinateur. Leur but : nuire, dérober des données, extorquer des fonds, etc. Il les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, alors qu’il corrigeait le devoir

d’une étudiante, qu’il cherchait des instructions que jamais il ne trouva. Cela a commencé par un code obscur en fin de fichier et par un homme devenu trop las pour poursuivre la correction. Cela a commencé par l’atterrissage d’un vaisseau venu d’une autre galaxie… Là il s’égare ! Maintenant, il sait que les virus sont là, qu’ils ont pris forme et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé…

C’était la petite surprise que j’ai reçue au moment du bouclage de ce numéro, où je devais parallèlement corriger des devoirs : un véritable virus reçu dans un TP de « Développement Web ». Un magnifique exemple d’infection d’un fichier texte avec ajout de code en fin de fichier. Cela tombe fort à propos puisque nous vous proposons justement ce mois-ci de comprendre le fonctionnement des virus en réalisant diverses expériences en Python.

Nous réaliserons ainsi un « virus compagnon », un virus qui va copier le programme qu’il infecte, prendre sa place et qu’il exécutera après avoir exécuté son propre code puis nous écrirons un virus infectant un fichier binaire en prepend (contrairement à l’exemple ci-dessus, le code du virus est collé en début de programme). On remarquera simplement qu’il est difficile de ne pas être alerté par la présence de telles lignes dans un fichier lorsque l’on est développeur… les virus touchant les fichiers binaires sont autrement plus compliqués à déceler manuellement.

En tout cas, en cette période hivernale où la grippe fait rage, il vaut mieux rester au chaud à lire GNU/Linux Magazine, même si on y trouve aussi des virus…

Tristan Colombo